De janvier à mars, c’est souvent la période de l’entretien annuel, étape quasi incontournable du salarié en entreprise. En tant que chrétien, comment s’y préparer?

Pour beaucoup de personnes, c’est un exercice redouté. C’est difficile de se préparer à entendre ce que notre supérieur hiérarchique a à nous dire. Même si nous sommes contents de notre année, nous redoutons de ne pas bien prendre les éléments négatifs. Nous pouvons aussi ne pas savoir gérer les compliments, en minimisant notre contribution avec une fausse humilité. Bref, il est urgent de prier!

Prier Dieu diligemment

Dès que vous connaissez la date de votre entretien, commencez à prier Dieu qu’il vous prépare. Qu’il puisse vraiment parler à travers votre responsable hiérarchique. Qu’il vous montre ce qui est positif, et ce que vous devez améliorer.

Etre ouvert(e) et humble

J’ai toujours été défiée par la vulnérabilité, l’humilité et l’abandon du roi David dans le Psaume 7. Voici ce qu’il dit : “Si j’ai rendu le mal à celui qui vivait en paix avec moi, si j’ai dépouillé, sans raison, mon adversaire, que l’ennemi poursuive et atteigne mon âme, qu’il foule à terre ma vie et qu’il couche ma gloire dans la poussière”.

David, comme nous, ne pouvait pas s’auto-évaluer parfaitement. Mais il était ouvert à la possibilité qu’il ait raté dans un domaine et à en subir les conséquences avec humilité. Je me rends compte combien c’est différent de ma peur d’être prise en faute, ma tendance à être sur la défensive, ma peur de ne pas bien prendre les choses. Bref, l’orgueil (et une mauvaise compréhension de l’amour de Dieu) m’empêchent d’être détendue, prête à tout entendre.

Cependant, que cette attitude d’humilité ne nous empêche pas d’être confiant(e) et de mettre en avant nos points forts et nos réussites de l’année. Si vous lisez le Psaume 7 en entier, vous verrez que David était tout aussi passionné sur le fait qu’il lui soit rendu justice! Simplement, cela nous permet de lâcher prise et d’être à l’écoute!

Faire un bon tri

D’un autre côté, nous sommes évalués par des chefs humains imparfaits et, soyons honnêtes, parfois peu bienveillants. Il est donc vraiment important de prier Dieu qu’il nous aide à faire le tri dans ce qui va nous être dit. 1 Thessaloniciens 5:21 nous dit : “Examinez toutes choses, retenez ce qui est bon.” Seul Dieu et son Esprit peuvent nous aider à éliminer ce qui est mauvais et à garder ce qui est bon.

Je me souviens d’un entretien où mon Président m’avait dit que je n’étais pas assez organisée. Selon lui, je ne gérais pas bien mes priorités. J’avais eu la note C en organisation. C’était vraiment difficile à avaler, malgré les autres points positifs de l’entretien. En effet, en tant que Responsable financier Europe, j’avais d’innombrables échéances financières à gérer au quotidien et aucune ou presque n’était ratée.

J’ai mis longtemps à comprendre son évaluation (je n’avais pas mis en pratique la première étape!). Ce que j’ai saisi ensuite, c’est que mon Président avait d’autres attentes pour moi que le simple respect des obligations de reporting, le paiement des impôts et des fournisseurs. Il me confiait des projets que je mettais systématiquement de côté pour être sure de gérer mes autres échéances. En résumé, lui ne voyait pas arriver ses “livrables” en priorité. Et me percevait donc mal organisée. C’est une leçon qui m’a été très utile plus tard. J’ai appris à prévoir dans mon agenda le courant mais aussi des blocs de temps plus réguliers pour les projets. Je me suis d’ailleurs procuré le livre La boîte à outils de la gestion du temps, dans cet effort de mieux gérer mon organisation.

Se poser tranquillement et faire un plan d’action.

Une fois que votre entretien est terminé, prenez le temps d’apprécier les points positifs soulevés. Nous ne sommes parfois pas meilleurs à accepter les compliments qu’à accepter les critiques! Nos forces étant évidentes pour nous, nous ne prenons pas le temps de les apprécier. Remerciez Dieu pour les encouragements reçus à travers votre Responsable (en espérant qu’il y en ait quand même!).

Puis notez les points qui doivent être améliorés. Priez pour cela. Prenez à cœur de trouver les ressources nécessaires pour progresser. Parfois votre point faible est justement le point fort d’un(e) collègue ou d’un(e) ami(e). Demandez de l’aide! Cela vous rapprochera. Demandez une formation. Formez-vous en ligne (je suis sans cesse plus admirative des ressources à notre disposition sur internet!). Lisez un livre sur le sujet. Faites le point régulièrement, c’est important. N’hésitez pas à en reparler avec votre manager. Soyez sûr(e) de bien comprendre ce qu’il a voulu dire et si vous allez dans la bonne direction. Et réjouissez-vous des progrès! Cela nous donne tellement de joie et de confiance de nous voir progresser nous-mêmes…

Les limites de l’entretien annuel et avertissement…

D’autres intérêts en jeu

Je ne peux pas ne pas rajouter un paragraphe sur les limites de l’entretien annuel. N’y attachons pas, non plus, plus d’importance qu’il n’en a, justement parce que les entreprises sont gérées par des êtres humains imparfaits. Si nous mettons notre confiance uniquement dans l’opinion de notre supérieur hiérarchique, et surtout durant cet entretien-là, nous allons souvent être déçus.
En effet, je vous assure qu’il y a souvent bien plus d’éléments et d’intérêts en jeu qu’une évaluation pure et simple de vos performances de l’année.

J’ai suivi des entretiens, j’en ai fait passer, et j’ai été en charge des Ressources Humaines pendant plusieurs années. Voici un élément récurrent que j’ai noté : les managers ont du mal à donner le maximum de la note possible quel que soit l’item évalué, et les instructions viennent de très haut en général.

Des grilles d’évaluation difficiles à satisfaire

Dans ma dernière société, la grille du groupe était basée sur un maximum qui s’appelait “Exceeds expectation” (dépasse les attentes). Ce qui fait que quand vous aviez “Meets expection” (Atteint les attentes), vous vous sentiez moyennement encouragé(e). Voyez comment la composition de la grille et les mots eux-mêmes sont importants. Dans une autre entreprise, la Direction nous avait fait clairement comprendre que B c’était déjà une très bonne performance, et qu’il fallait vraiment limiter les A dans les évaluations.

Si vous êtes comme moi et que vous avez le syndrome de la bonne élève, vous allez ressortir avec une impression mitigée, alors que tout vient de la grille d’évaluation et de la crainte de l’entreprise d’être trop encourageante. Derrière, il y a des enjeux de rémunération. Des enjeux de politique interne. Aussi, tout simplement, dans certaines cultures, on n’aime pas être trop encourageant, et la France ne fait pas exception!

D’autres messages…

Parfois, soyons directs, l’entreprise souhaite se séparer de vous et dans ce contexte, va faire ressortir tous les points négatifs et les accentuer. C’est donc à prendre comme un avertissement sérieux et peut-être le signal pour chercher ailleurs ou négocier votre départ, avant que la situation ne s’envenime et que vous n’y perdiez votre énergie et votre confiance.

Comme vous le voyez, il est important de ne pas être naïf et d’avoir le maximum d’éléments en main. Dans votre recherche de discernement, ayez en tête de ne pas prendre tout au pied de la lettre. Utilisez votre connaissance de la nature humaine et des rouages de l’entreprise. En Luc 16:8, Jésus nous avertit de notre tendance en tant que chrétiens à être moins avisés dans nos relations d’affaires que les autres “enfants de ce siècle”. Ayez-en conscience. Et retenez ce qui doit être retenu!

A votre tour :

N’hésitez pas à me faire part de vos expériences d’entretien annuel en commentaire. Si ce n’est pas la pratique dans votre activité, vous pouvez aussi raconter une simple expérience de remarque de votre supérieur qui vous a finalement été bénéfique.

Le prochain article sera consacré à la tenue de l’entretien annuel côté Manager…

Si vous souhaitez être prévenu(e) lors de la publication de nouveaux articles, n’hésitez pas à vous abonner en bas d’écran!

N’oubliez pas non plus la section Ressources où vous trouverez des critiques de livres, des sites et blogs, ainsi que des exemples de prières pour le travail!

7 réflexions sur “L’entretien annuel (partie 1)

  1. Armelle, merci pour votre article et ce blog, je suis heureuse de vous lire!
    Je ne suis pas dans une situation très “confortable” dans mon emploi (je ne m’étends pas je serais très négative! ) mais vos écrits m’aident à reconsidérer ma situation professionnelle sous un autre angle et à continuer d’espérer dans une intervention du Seigneur
    À bientôt
    Corinne

        1. Corinne, ce que j’ai remarqué, c’est que Dieu veut d’abord que nous apprenions ce que nous devons apprendre dans notre situation actuelle, afin d’éviter de reproduire cela dans la prochaine. Par exemple, si je ne mets pas de limites dans mon travail actuel, il n’y a aucune chance que je fasse différemment dans le prochain. Si je n’apprends pas à me détendre, idem. Bref, je ne connais pas votre situation, mais réfléchissez à cela!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *